Les sols

VIGNOBLE   




Des sols très divers, mais à majorité argilo-calcaire

On distingue 5 grands types de sols, divers, mais à majorité argilo-calcaire.

Les sols argilo-calcaires sur calcaire du crétacé

ChampagnesLes sols que l’on retrouve en Grande et Petite champagne sont des sols argilo-calcaires assez superficiels sur calcaire tendre, crayeux, du crétacé. La teneur en calcaire est très élevée dès la surface.

Le type d’argiles rencontré dans ces sols (montmorillonite) leur confère une bonne structure, une fertilité élevée et une réserve en eau correcte.

Malgré leur faible épaisseur, ces sols craignent donc peu la sécheresse, d’autant que le sous-sol poreux contribue à la réserve en eau : il se comporte comme une énorme éponge au travers de laquelle l’eau peut lentement remonter au fur et à mesure que la sécheresse estivale s’accentue.

Le mot champagne, en vieux français « champaigne » vient du latin « campania » soit campagne ou plaine découverte -openfield- (en opposition aux zones boisées).

Les groies

GroiesLes groies couvrent une grande partie des Fins Bois.

Ce sont des sols argilo-calcaires superficiels comme les champagnes, mais rouges et très caillouteux, d’un calcaire dur du Jurassique.





Les argiles du Pays bas

Argiles des Pays basDans une zone dépressionnaire au nord de Cognac, appelée « Pays bas », se trouvent des sols très argileux (jusqu’à 60% d’argile).

L’humidité des sols des « Pays bas » a permis de sauvegarder une petite partie du vignoble cognaçais lors de la crise du phylloxéra (1875), puisque cet insecte n’aime pas l’eau…


Les sols silico-argileux

Silico-argileuxLes sols situés au nord-ouest de Cognac sont en majorité des argiles à silex résultant de la décarbonatation du calcaire. Une grande partie des sols du vignoble situés en Charente-Maritime est constituée de sols limoneux appelés « doucins ».





Les sables

SablesOn trouve des sols sableux en secteurs côtiers, dans certaines vallées, et dans toute la partie sud du vignoble. Ce sont là des sables que l’érosion a apportés du Massif Central. Les vignes y sont assez dispersées, au milieu d’autres cultures, de prés pour l’élevage, de forêts de pins et de châtaigniers.



À voir aussi