La distillation charentaise – Généralités

DISTILLATION   

Les caractéristiques de l’alambic charentais sont définies dans le cahier des charges de l’AOC Cognac.

Charge maximale de la chaudière : 25 hl pour la « bonne chauffe »

  • 1ère chauffe

Alambic charentaisPour l’obtention du brouillis, la chaudière peut atteindre une capacité totale maximum de 140 hl (avec une tolérance de 5%) et son volume de vin mis en oeuvre est limité à 120 hl (avec une tolérance de 5%) par chauffe.

  • 2ème chauffe

Pour la « bonne chauffe », la capacité totale de la chaudière ne doit pas dépasser 30hl (avec une tolérance de 5%) et son volume de charge est limité à 25 hl par chauffe.

Chaudière chauffée à feu nu

La chaudière doit être chauffée à feu nu selon les usages locaux, loyaux et constants. En effet, le chauffage à feu nu génère la synthèse des arômes complémentaires au moment du contact du vin avec le fond de la chaudière. (Phénomène de cuisson).

TAV maximum : 72,4% vol. à 20°C

eau-de-vie de CognacÀ l’issue de la double distillation, le titre alcoométrique des eaux-de-vie ne doit pas exéder 72,4 % vol. à 20°C dans le récipient journalier des eaux-de-vie.





Fin de la distillation : au plus tard le 31 mars

La double distillation doit être achevée au plus tard le 31 mars de l’année qui suit la récolte.

À suivre : le procédé charentais de distillation


À VOIR AUSSI

Le détail des règles de l’Appellation