XXe siècle

HISTOIRE DU COGNAC   


Reconstitution du vignoble grâce à des porte-greffes américains

Reconstrcution du vignobleNietzsche a dit : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ».

La reconstitution du vignoble s’effectue donc grâce à des porte-greffes américains insensibles aux attaques du phylloxéra.

Fragilisés par le greffage, les cépages traditionnels (Colombard, Folle Blanche…) sont peu à peu remplacés par l’Ugni Blanc, plus résistant, maintenant utilisé à plus de 98% pour la production du Cognac.

Mise en place de la législation du Cognac pour consacrer les usages locaux, loyaux et constants

La législation du Cognac se met en placeUne législation pour consacrer les usages locaux, loyaux et constants est mise en place :

  • Le 1er mai 1909, la zone géographique de production est délimitée.
  • Dès 1936, le Cognac est reconnu comme Appellation d’Origine Contrôlée.
  • En 1938, les appellations régionales (crus) sont délimitées.


1946 : naissance du Bureau National Interprofessionnel du Cognac

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le « Bureau de Répartition des Vins et Eaux-de-vie », est institué pour préserver le stock de Cognac.

À la Libération, en 1946, lui succède le Bureau National Interprofessionnel du Cognac, auquel est rattachée la Station Viticole en 1948.

Tous les stades de l’élaboration du Cognac sont désormais soumis à une réglementation destinée à fixer les règles de production et protéger le produit dont la notoriété s’affirme de plus en plus.