HISTOIRE DU COGNAC

   

image30Le vignoble de Poitou produit des vins qui, transportés par des navires hollandais venant chercher le sel de la côte, sont appréciés dans les pays bordés par la Mer du Nord.
Dès le Moyen Âge apparaîtra dans la région, grâce au fleuve Charente, une mentalité propice aux échanges commerciaux internationaux.

Au XVIe siècle, la connaissance de l’Art de la distillation par les Hollandais les incite à distiller le vin chez eux, pour mieux le conserver.
Le résultat est un succès. Ils le nomment « brandwijn» (vin brûlé) qui donnera le nom « brandy », eau-de-vie de vin (ils boivent ce breuvage allongé d’eau).

Au début du XVIIe siècle apparaît, dans la région, la double distillation qui va permettre au produit de voyager sous forme d’eau-de-vie inaltérable, bien plus concentrée que le vin.

La signature d’un traité de commerce entre la France et l’Angleterre le 23 janvier 1860, sous l’impulsion de Napoléon III, permet au Cognac de connaître une ascension fulgurante, qui atteint son apogée en 1879.

Vers 1875 apparaît en Charente le phylloxéra (insecte qui attaque les racines de la vigne). Il détruit la plus grande partie du vignoble.
De nombreuses années d’efforts et de patience sont nécessaires pour remettre à flot l’économie de la région.

Au XXe siècle, reconstruction du vignoble et mise en place de la législation du Cognac
● Le 1er mai 1909, la zone géographique de production est délimitée.
● Dès 1936, le Cognac est reconnu comme Appellation d’Origine Contrôlée.
● En 1938, les appellations régionales (les crus) sont délimitées.